Le Monde

La nation, un horizon indépassable

Au moment où de grandes maisons d’édition mettent fin à des revues prestigieuses, comme Les Temps modernes ou Le Débat, il faut saluer le courage de petits éditeurs qui continuent de labourer ces sillons intellectuels étroits, mais fertiles. Ainsi…

Lire la suite >

 

Edito

Parce que nous serons redevenus essentiels...

Ils disent qu’il faudra payer nos dettes… toutes, et tous, parce que cette fois-ci, nous serons tous redevenus essentiels.

Comme si tout cela aller de soi, alors qu’il s’agit d’une énième supercherie idéologie de la Finance dominante et de ses laquais, nos gouvernements, ceux-là mêmes qui mettent en place, protègent les politiques en faveur « des créanciers », les nouveaux maîtres du monde en somme. Nul complot sans nul doute, une potion appliquée sous couvert d’habitude. Et pourtant,

Suivons Alain Caillé qui écrit dans la préface qui ouvre l’ouvrage essentiel de Michael Hudson Dette, rente et prédation qui sera proposé en librairie le 19 mars prochain,

« … Les Israéliens anciens avaient emprunté à Babylone la pratique des jubilés, l’annulation des dettes tous les cinquante ans. Quand le Christ commence sa prédication, la domination romaine est bien établie, et, de toute façon, les créanciers ont déjà définitivement assuré leur victoire et fait passer aux oubliettes la pratique des jubilés. Le grand prêtre Hillel explique que si on abolit les dettes, plus personne ne voudra prêter et l’économie s’effondrera (alors que Hudson montre c’est cette abolition, au contraire, qui permettait de faire repartir l’économie). C’est contre cette doctrine que Jésus se rebelle. Quand il chasse les marchands du temple c’est après leur avoir rappelé les sermons d’Isaïe qui, lui aussi, appelait à la rémission des dettes. La fameuse formule chrétienne « pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés » veut en réalité dire, selon Hudson, « remettez-nous [pardonnez-nous] nos dettes comme nous les remettons à ceux qui sont endettés envers nous ». C’est en tant que militant de l’abolition de la dette que le Christ sera mis à mort. »

L’histoire repasse les plats… Serons-nous de nouveau des consentants ? Lisez Hudson,

« Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre propre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus… Défiez-vous également des parleurs… Évitez ceux que la fortune a favorisés, car, trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère… », 18 mars 1871.

Histoire de la Commune de 1871, Prosper-Olivier Lissagaray

Hommage

Le savant du peuple rrom Marcel Courthiade est mort

Nous venons d’apprendre son décès.

Il nous avait donné un grand texte Petite histoire du peuple rrom. Première diaspora historique de l’Inde, publié en mars 2019.

Nous exprimons nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Newsletter

Pour vous tenir informé(e) des nouveautés des éditions Le Bord de l'eau

Dernières parutions

Prochainement …

Qui sommes nous?

Fondées en 1993 autour de la revue littéraire éponyme, les éditions LE BORD DE L’EAU se sont progressivement installées comme un éditeur en Région reconnu aux niveaux national et international.