Etudes de style

Considérer La Vie Comme Digne D’être Vécue. Marcel Proust à La Recherche Du Temps Perdu
Anne Mounic

Je voudrais, en étudiant de près le début de la Recherche du temps perdu, tenter de saisir pourquoi cette longue phrase complexe qui se plaît à nous égarer dans les dédales de « l’inexprimable » nous entraîne dans un univers qui ne nous paraît pas étranger, même si l’auteur affirme que les « beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère ». L’analyse des temps utilisés, notamment, permet de pénétrer plus finement le mouvement de l’esprit que Proust décrit par le menu au seuil de la Recherche.
J’aimerais, grâce à une étude précise de ces premiers paragraphes, m’employer à la caractériser. On comprendra ainsi pour quelle raison cette œuvre, dès ses premières lignes, nous saisit, car elle nous semble aussitôt accueillante et douillette. Nous nous sentons, dès les premiers mots, en domaine familier. Ce « Je » qui ouvre le premier volume ne nous éloigne pas par une sorte de fermeture égocentrique, mais au contraire ouvre à un instant transmis et partagé.
 
Anne Mounic, maître de conférences honoraire à Paris 3 Sorbonne nouvelle, est l’auteur de plusieurs essais critiques, Italie du récit, terre de ses métamorphoses (Classiques Garnier, 2019) ; Force, parole, liberté : Rupture tragique ou continuité du récit (Honoré Champion, 2018), ainsi que de romans (La Vérité, suivi de Vive esquive du rien, utopie de l’étreinte, Feuilles / Beauchesne, 2019) et de poèmes (Presque dans une fresque, Carnet de voyage poétique, Italie, 2019, suivi de Patiente insinuation exploratoire, Poèmes 2018-2019, Atelier GuyAnne, 2020).
 
 
en librairie en janvier 2020,
format : 13x18
120 pages
ISBN : 9782356876690
Prix de vente public : 10.00€

11.00 € TTC
(port et emballage compris)