LE PRINCE DE HOMBOURG
KLEIST Heinrich von

Pourquoi une nouvelle traduction ? Il existe 2 voire 3 textes aujourd'hui disponibles en français. Ces traductions peuvent paraître parfaites du point de vue universitaire... Le texte de Daniel Mesguich restitue une langue plus fluide faisant appraître la pluralité du sens. Cette traduction conserve le rythme du texte initial du texte dans une langue juteuse nourrie de jeux de mots. Elle traque l'épaisseur de la poésie de Kleist en lui rendant son souffle de modernité.
Le texte et la mise en scène de Daniel Mesguich mettent en lumière notre absence au monde. "Je vous parle et pourtant, je suis ailleurs..". Ils interrogent le jeu d'acteur : concentration/extraction. Il s'agit aussi d'une pièce sur la mort dont la morale pourrait se résumer ainsi :"Il faut avoir accepté de mourir pour vivre."
Bref, nous sommes tous des condamnés à mort. Il suffit simplement pour bien vivre de s'en souvenir.
L'histoire : Réquisitoire contre le despotisme, contre la loi ; histoire d’un jeune révolté qui finit par se soumettre, d’un roi qui renonce à son intransigeance ; plaidoirie pour l’Etat militaire ? Cette pièce, en forme de paradoxe, trône comme un chef-d’oeuvre au sommet du classicisme allemand, un des textes les plus poétiques et aboutis de Kleist, hanté par ses obsessions : la faute, la chute, son propre rêve prémonitoire puisqu’annonciateur de sa prochaine mort. En effet, outre ces interprétations traditionnelles, cette pièce est surtout un rêve éveillé, celui de Kleist, qui cherche à apprivoiser par sa plume l’immortalité.
Extrait de la préface de Daniel Mesguich :
«Lecteur, vous n’avez aucune raison de vous intéresser à l’histoire du Prince de Hombourg : il est prince, vous ne l’êtes pas, il est colonel de l’armée du Brandebourg, pas vous, il est somnambule et amoureux d’une princesse, ce n’est pas votre cas que je sache, il a attaqué et vaincu, un beau matin, l’armée suédoise sans en avoir reçu l’ordre, vous n’avez jamais fait une telle chose, et il est condamné à mort, vous non… Ah, si. Vous êtes, vous aussi, condamné à mort. Nous le sommes tous, n’est-ce pas, et de manière non moins absurde que si c’était par un Grand Électeur de Prusse. D’ailleurs, en y repensant, il vous est arrivé, à vous aussi, de prendre un jour telle décision sans y être appelé par quiconque, et cela vous arrivera encore. Et vous aussi, vous êtes – nous le sommes tous dès que nous sommes amoureux – prince véritable ou véritable princesse. Et surtout – comme à lui cela vous arrive – vous aussi vous marchez dans vos rêves.»

Daniel Mesguich, comme beaucoup de grands metteurs en scène, a presque occupé tous les emplois dans la grande famille du théâtre. Il a monté des centaines de spectacles, joué la comédie, dirigé des opéras et des théâtres, comme le Théâtre national de Lille, qu’il a quitté en 2000. Il vient de publier, avec son épouse, Une lecture commentée d’Andromaque (Gallimard). Il a publié Le Passant composé en janvier 2004 aux éditions Le Bord de L'eau.

format : 13x19
192 pages
ISBN : 2-915651-19-1
Prix de vente public : 15.00€

16.50 € TTC
(port et emballage compris)