Revue Dissidences

Trotskysmes En France
Dissidences


Les trotskysmes français traversent actuellement une période riche en évolutions et en mutations : passage de relais de la génération de 68 à d’autres plus récentes, symbolisé par le retrait d’Arlette Laguiller et d’Alain Krivine ; espoir d’occuper le terrain à l’extrême gauche pour la LCR, qui se dissout au sein d’un Nouveau parti anticapitaliste, le tout sur fond de fragilisation du consensus politico-économique en raison de la crise financière qui s’élargit.
Ce courant politique pluriel a une implantation militante ancienne en France, où il a trouvé un terrain particulièrement favorable, remontant à la période de l’entre-deux guerres. Une prégnance qui se ressent d’autant plus de nos jours, à travers des résultats loin d’être négligeables aux élections depuis 1995 et une influence large de son discours, qui dépasse la sphère de ses seuls sympathisants. Cependant, il est encore trop souvent mal connu, sinon par le biais de mythes, de simplifications et de raccourcis intellectuels.
Ce volume de Dissidences, qui s’inscrit dans un travail de recherche entamé voici une dizaine d’années, souhaite donc contribuer à une meilleure appréhension des trotskysmes en apportant un éclairage sur l’état des lieux historiographiques et les acquis de la recherche : comment construire les trotskysmes en objet historique ? A ce titre, que penser des dernières parutions autour de ce thème ? Nous proposons surtout un certain nombre d’études inédites exigeantes, sur la nébuleuse trotskyste, sur les principales organisations s’en réclamant, leurs origines, leurs caractéristiques singulières, leurs implantations locales, leurs infléchissements depuis les origines, mais aussi leurs perspectives.


Le Sommaire | Volume 6

Cadres : Vers une historiographie des trotskysmes
« Les trotskysmes au risque de l’histoire. Extension du domaine de connaissance » (Jean-Guillaume Lanuque, Georges Ubbiali et Christian Beuvain)
« Les forces de révolution. Bilan de presque 40 ans de recherche universitaire sur le trotskysme » (Georges Ubbiali)
Panoramiques : Des cultures politiques diverses
« 1958-1959 : le nouveau départ du courant lambertiste » (Jean Hentzgen)
« Militantisme et individualité au sein de l’OCI-PCI » (Karim Landais)
« Le trotskysme ou l’éthique de la conviction » (Mathieu Le Tallec)
« L’activisme, le débat permanent comme mode de vie à la LCR » (Stéphanie Rizet)
« La coexistence de deux traditions militantes au sein de la LCR de Gironde » (Cyrille Rougier)
Focales : Eclairages localisés
« Les scissions internes au groupe Socialisme ou Barbarie : le retour au trotskysme ? » (Christophe Premat)
« LO et la LCR à Renault-Cléon » (Fanny Gallot)
« La nébuleuse trotskyste ou le pullulement des micro organisations » (Jean-Guillaume Lanuque)
Instantanés : Un présent qui s’entremêle au passé
« Du nouveau pour l’extrême gauche du côté des élections ? La séquence électorale 1995-2008 » (Jean-Paul Salles)
« A propos du 70ème anniversaire de la IVe Internationale : un enjeu de mémoire » (Jean-Guillaume Lanuque)
Notes de lecture
Bibliographie (2003-2009)

format : 14x21.5
210 pages
ISBN : 978-2-35687-033-9
Prix de vente public : 20.00€

22.00 € TTC
(port et emballage compris)