Musique classique

Wolfgang Amadeo Mozart, "rêver Avec Les Sons"
Michèle Lhopiteau-Dorfeuille

Pourquoi un livre de plus sur W.A. Mozart ?

Aucun artiste n’a fait couler autant d’encre que Wolfgang Amadeo Mozart – essentiellement en Allemagne et dès les années 1800 -, et l’on pourrait croire que tout a été dit sur celui qui fut, sans conteste, le compositeur-phare de la seconde moitié du XVIIIe siècle.
Mais la musicologie est une science qui progresse tous les jours et bien des documents ont été exhumés depuis la sortie, au siècle dernier, des ouvrages de référence sur le sujet – comme l’indispensable «Mozart» en langue française de Jean et de Brigitte Massin (Fayard), dont la première édition date de 1958 et la dernière mise à jour de 1990.
L’essai - remarquable et très technique - de Philippe A. Autexier (aux éditions Champion), l’un des plus fiables, remonte tout de même à 1987 et sa lecture – sans parler de sa compréhension - est plutôt réservée aux musiciens et aux familiers des analyses très pointues.
Quant au lumineux ouvrage de Norbert Elias: «Mozart, Sociologie d’un génie» (Le Seuil), il fut hélas interrompu par la mort de son auteur en 1990 et ne traite (avec brio) que des premières années du compositeur. Tandis que le passionnant «Requiem, au coeur de l’oeuvre ultime de Mozart» de Florence Badol-Bertrand (paru en 2006 chez Harmonia Mundi) n’est consacré, lui, qu’au tout dernier chef d’œuvre du génie de Salzbourg.

Michèle Lhopiteau-Dorfeuille, musicologue et chef de choeur inconditionnelle de la musique de Mozart - qu’elle est amenée à souvent diriger -, a donc décidé de faire abstraction à la fois du film «Amadeus» et de tout ce qu’elle avait pu lire pendant et depuis ses études au Conservatoire de Bordeaux; pour effectuer un salutaire retour aux sources en s’immergeant plusieurs mois dans la correspondance complète de la famille Mozart - une correspondance réunie et classée chronologiquement en sept tomes de 500 pages, annotée par Wilhelm Bauer, Otto Deutsch et Joseph Heinz Eibl et disponible en français depuis 1994 (chez Flammarion). Elle y a, au fil des jours et des pages, découvert un compositeur beaucoup plus mûr, beaucoup plus drôle, beaucoup plus «moderne», en fait, que l’image d’«éternel enfant» un peu niais qui en est trop souvent véhiculée. En citant de nombreux et larges extraits de ces lettres, elle a ensuite tenu à mettre le lecteur en prise directe avec les personnages - s’efforçant de faire le moins possible écran entre eux et lui.
Par sa lecture profondément humaine et empathique des relations entre Mozart et les siens, Michèle Lhopiteau-Dorfeuille a su nous faire oublier son long et minutieux travail de recherche et de synthèse, en nous donnant toutes les clés pour comprendre et aimer le personnage qu’elle nous présente sous divers éclairages : sa condition de musicien sous l’Ancien Régime, son «enfance prodige», ses relations avec les femmes, son rapport à la mort.


Les 120 minutes d’illustrations sonores qui accompagnent ce livre – comme tous ceux de l’auteur - sont là parce que Mozart, même s’il écrivait très bien, est avant tout un musicien; et parce que l'écoute de 32 extraits replacés dans leur contexte - des airs complets d’opéra, des mouvements entiers de concertos et de sonates, des pièces sacrées, de la musique de chambre, de la musique maçonnique, tous (à trois exceptions près) en provenance du riche catalogue Naxos – nous éclaire bien plus que de longs discours.

Ses recherches très poussées ont même amené l’auteur à comprendre, à sa grande surprise car elle croyait l’affaire depuis longtemps classée, de quoi et pourquoi Mozart – qui n’a jamais été jeté à la fosse commune ! – était mort à presque 36 ans; au moment où son immense talent était enfin reconnu et où tout lui souriait.

Au cours de cette minutieuse enquête, Michèle Lhopiteau-Dorfeuille fit d’ailleurs une autre découverte, moins dramatique celle-là mais tout aussi inattendue: que les premières notes et le dessin rythmique de «La Marseillaise» - dont seules les paroles sont, en réalité, de Rouget de Lisle – proviennent en droite ligne, et en toute connaissance de cause, d’un concerto de Mozart !

L'auteur : Lauréate des Conservatoires de Bordeaux et de Nancy, Michèle Lhopiteau a longtemps mené de front une carrière de professeur de musique en collège et lycée et de chef de choeur.

Entre 1993 et 2003, elle fonda et dirigea le "Choeur International de l’Alliance Française" puis le "Choeur International des Nations Unies" à Houston, Texas. Puis travailla une saison comme chef de chant dans une troupe d’opéra professionnelle, "Opera in the Heights".

Depuis septembre 2006 - date de son retour en France –, Michèle Lhopiteau a pris la direction de deux choeurs mixtes pour adultes : "Chantemonde", en Dordogne, et l’"Ensemble Vocal Hémiole", à Bordeaux-Mérignac.

Elle a publié quatre guides d’initiation à la musique classique - dans la collection "Toutes les clés pour explorer la musique classique" - et appartient, depuis fin 2010, au comité de rédaction de la revue parisienne l’"Éducation Musicale".

 

Presse :

Mollat

radio judaïca | février 2014

France 2 / Secrets d'Histoire | août 2013

Le Figaro | décembre 2012

Télérama | novembre 2012

France culture - Movimento | octobre 2012

France musique - Musique matin (à 1h10) | juin 2012

Opéra Magazine | avril 2012

L'éducation musicale | janvier 2012

On a, certes, beaucoup, voire trop, écrit sur le génie de Salzbourg. Or, voici un ouvrage qui sort du lot. Pour plusieurs raisons. Il est écrit dans un langage clair et direct, sans verser dans le travers de la musicologie rébarbative ou du propos ardu pour « connaisseurs » et, qui plus est, dans la langue d'aujourd'hui, décomplexée. Il tord le cou à des interprétations solidement ancrées, souvent hasardeuses. Ainsi, de la mort de Mozart, réputé empoisonné par le rival Salieri. Rien de plus faux : le pauvre musicien, à bout de force, s'est peu à peu lui-même empoisonné en absorbant force médecines. Ce « goût de fer dans la bouche » dont il se plaindra, n'est autre, à n'en pas douter, qu'une intoxication au chlorure de mercure, contenu dans les potions administrées. Le reste n'est pas scientifique. De même, l'image, véhiculée entre autres dans le film Amadeus, d'éternel enfant, presque niais, déforme-t-elle la réalité d'un être, aimant certes la plaisanterie, voire la facétie, mais drôle et hypersensible. Plus mûr qu'on ne le décrit souvent. Insaisissable aussi, qui « faisait volontiers de la rétention d'états d'âme ». Il le dira lui-même : « Je ne suis pas insouciant. Je suis seulement prêt à accepter tout événement, et je peux par conséquent tout entendre et tout supporter avec patience » (lettre du 27 novembre 1777 à Léopold). Michèle Lhopiteau puise dans la nombreuse correspondance échangée entre Mozart et son père et sa sœur Nannerl. Elle nous fait entrer dans l'intimité de ces personnages, en s'efforçant qu'il y ait le moins possible d'écran entre eux et l'interprétation que ces échanges peuvent susciter. Le livre est divisé en quinze chapitres, articulés autour de questions essentielles, telles celle de l'enfant prodige, de la relation avec les femmes, de l'attitude face à la mort, de cette année 1791 en forme de feu d'artifice, avec la Flûte enchantée et le Requiem, « son propre Requiem », à propos duquel on a affirmé tant de contre-vérités. Ou encore, le point de savoir pourquoi Mozart ne pouvait réussir sous l'Ancien Régime, et si sa musique a été, à son époque, comprise, interprétée et servie comme elle le méritait. Des extraits de lettres, souvent mordants, émaillent le propos. Tout comme des exemples musicaux, regroupés dans deux CDs, illustrent la pertinence de certains traits. Cet ouvrage est essentiel pour qui veut se faire une idée claire de cet être hors du commun, qui a tant suscité d'écrits que « d'une biographie à l'autre, nous n'avons pas l'impression d'entendre parler du même homme ». - Jean-Pierre Robert
 

TV7 - Carré VIP | décembre 2011

Courrier des retraités | septembre 2011

RCF Angoulême | Emission Expressions

Radio Judaïca | Emission Passé Présent

La Lettre du musicien | N°405

Un livre de plus sur Mozart ? Sans doute, mais il est vrai que le sujet semble inépuisable et incessantes les découvertes de la musicologie. Ici, l'auteur a choisi de s'immerger dans la correspondance du compositeur et de sa famille et, à partir de là, de montrer au lecteur Mozart sous divers aspects : son enfance de prodige, ses relations avec les femmes, son rapport à la mort - mort sur laquelle elle revient.

Librairie Mollat : présentation de l'ouvrage | juin 2011

Après Mozart | juillet 2011

Fréquence protestante | juin 2011
 
FR3 | mai 2011

Sud-Ouest | mai 2011

L'Avenir | avril 2011

Corsica | avril 2011

Tout pour aimer Mozart
Qu’y a-t-il donc à raconter de nouveau sur Mozart ? C’est la question que l’on peut poser en découvrant un nouvel opus consacré au compositeur. Quoi de nouveau ?
Pourquoi un livre ? N’a-t-on pas, depuis plus de deux siècles, tout entendu, tout lu – et même le contraire de tout ? Certes. Mais au-delà des faits, au-delà de la vie du musicien, il y une œuvre, parmi les plus ravissantes, fraîches, merveilleuses, riches – on pourrait à l’infini multiplier les adjectifs élogieux -, qui ait jamais été créées. Cette œuvre, tous ceux qui aiment Mozart, c’est-à-dire qui le connaissent, ont envie de la faire partager. C’est ce qui a poussé Michelle Lhopiteau-Dorgeuille, musicologue et chef de chœur, à venir ajouter et mêler sa voix a tout ce qui avait déjà été écrit. Son travail précis, documenté, rempli d’informations sur l’œuvre – et sur la vie – de Mozart, est complété par deux CD qui illustrent ses propos, et donnent un avant-goût de son génie. (Robert Colonna-Distria)

Paysud | avril 2011

Les influences | mars 2011

aqui.fr | mars 2011

 

 

format : 15x21
242 pages
ISBN : 978-2-35687-104-6
Prix de vente public : 32.00€

35.20 € TTC
(port et emballage compris)